Médiathèque de Bagnolet
http://mediatheque.ville-bagnolet.fr/Mademoiselle-Kiki-et-les.html
Mademoiselle Kiki et les Montparnos, un film de Amélie Harrault # Les Yeux doc, 19 | Mai 2019
jeudi, 2 mai 2019
/ Documentaire /

Responsable des articles publiés dans la rubrique documentaires.

La Médiathèque vous propose de découvrir chaque mois un film documentaire de la plateforme Les Yeux doc de la BPI

Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir la réalisatrice Amélie Harrault que nous mettons à l’honneur.

Vous retrouverez ce film dans le coffret "Les Aventuriers de l’art moderne", réalisé par Amélie Harrault, d’après Dan Franck, sorti en 2015, à la cote 709.04 HAR

Vous pouvez en suivant ce lien retrouver un article paru dans La Dépêche.fr après son prix "César du meilleur court métrage d’animation, Académie des Césars, Paris, 2014" >>> Le retour d’Amélie Harrault couronnée d’un César.

 

Retrouvez un article "Romantismes, le retour des Aventuriers de l’art" paru dans La Croix qui s’intéresse à une production de Silex Films, une série qui passera sur Arte !

 

 


 

Mademoiselle Kiki et les Montparnos, un film de Amélie Harrault. 2013, 15 min.

 

Kiki de Montparnasse était le modèle et la muse infatigable des grands peintres avant-gardistes du début du 20ème siècle. Témoin incontestable d’un Montparnasse de légende, elle s’émancipera de son statut de simple modèle et deviendra reine de la nuit, peintre, dessinatrice de presse, écrivain et chanteuse de cabaret. Illustré dans un style flamboyant mêlant la peinture animée à d’autres techniques, le film s’inspire librement des Mémoires de Kiki de Montparnasse ("Souvenirs retrouvés". Ed. José Corti, 2005). Il est porté, incarné par la voix gouailleuse de Marie-Christine Orri et la musique d’Olivier Daviaud. De cet ambitieux projet conçu et réalisé sur plusieurs années, l’animatrice Amélie Harrault, issue des Beaux-Arts de Toulouse et de l’école d’animation d’Angoulême (EMCA), garde un souvenir incrédule : « Quand j’étais en train d’écrire sur Kiki, à un moment où je me disais que je ne serais jamais raccord, que j’étais dans le fantasme le plus total, j’ai regardé des documentaires. Dans l’un deux, on demandait au sculpteur Brancusi de parler du Montparnasse de l’époque et il a répondu : "Je ne veux pas parler de cette période. Il faut laisser les souvenirs là où ils sont". Ça m’a complètement culpabilisée. »

 



A retrouver sur la plateforme VOD Les Yeux doc

Pour s’inscrire afin de visionner des films, suivez ce lien>>>Les Yeux doc, inscription