Médiathèque de Bagnolet
http://mediatheque.ville-bagnolet.fr/Devoreur-de-Stefan-Platteau-I.html
Dévoreur, de Stefan Platteau / I-chronique #2
jeudi, 29 mars 2018
/ Littérature /

Responsable des articles publiés dans la rubrique littérature & langues.

Dévoreur, de Stefan Platteau, chez les Moutons électriques, 2015

 

L’auteur : StefanJPEG Platteau est un écrivain de fantasy belge francophone, remarqué pour sa trilogie Les Sentiers des astres dont le premier volume, Manesh, a obtenu le Prix Imaginales du roman francophone en 2015. Historien de formation et entrepreneur en économie sociale de profession, Stefan Platteau est l’auteur de plusieurs spectacles d’histoire vivante. Il pratique l’écriture et aussi la musique, au sein du groupe Nook Karavan.

 

Outre les épopées de l’Iliade et plus encore du Kalevala, Stefan Platteau revendique l’influence d’auteurs comme Robert Holdstock, Tad Williams, Howard Phillips Lovecraft ou l’auteur indien contemporain Sujit Saraf (le Trône du paon, disponible à la demande).

 


Façon Twitter :

Un conte pour adulte horrifique où, sous l’influence d’une mauvaise étoile, votre charmant voisin peut devenir le plus méchant des ogres.

 

Façon facebook :

Ce conte noir emmène de plein pied le lecteur dans l’âme d’un monstre, un homme devenu ogre. Autrefois brave père de famille et ânier, il a été perverti petit à petit, jusqu’à s’abandonner à l’astre néfaste qui lui ronge le cœur, et lui donne une faim incontrôlable pour la chaire enfantine. Même pour celle de ses propres bambins ! Sa voisine, Aube Romo était loin de se douter que son voisin, ami de toujours, allait se transformer en ogre, sous l’influence d’une mauvaise étoile. Lorsqu’il s’en prend à ses enfants, Aube fait appel à son mari, le mage Peyr Romo, qui mènera une terrible bataille pour abattre le monstre.

 

 Qui a dit que les contes étaient réservés aux enfants ?

 

JPEG

 

 

Ce livre est à glacer le sang. L’horreur n’a plus de limites. Venant en amont du premier opus de la série, ce conte terrible de Stefan Platteau nous emporte dans un monde fantastique, où mages, ogres et légendes cohabitent. Les astres régissent tout. Ils sont dans le cœur des hommes et dans la nuit du ciel. Ils peuvent être fastes ou néfastes. L’auteur nous conte comment la plus diabolique des étoiles, la plus puissante, Kiarvathi, a perverti un homme au point de lui donner le goût de la chair de sa chair.

 

L’ogre plus vrai que nature nous horrifie par son réalisme et sa cruauté. L’incapacité de son amie Aube pour limiter cet homme qui s’enfonce dans l’horreur emmène le lecteur à vivre son impuissance. L’ensemble du récit est écrit posément, de façon presque contemplative. L’auteur prend le temps de raconter le paysage, le monde dans lequel il installe ses personnages. La malédiction astrale se répète : le nouvel ogre prend la place de son prédécesseur dans le même château. La sinistre demeure entretient l’archétype du méchant dans le conte.

 

 

JPEG

 

 

Stefan Platteau a l’art de nous emmener avec lui, de nous faire découvrir ce monde fantastique et terrifiant. Tout nous est conté : peu d’ellipses, peu de sous-entendu : l’imagerie se crée et nous choque. L’évolution terrifiante de l’homme en monstre est progressive, ce qui la rend particulièrement réaliste.

 

Jamais plus vous ne verrez votre voisin comme avant !

 

 

Les Moutons électriques : Fondées à Lyon fin octobre 2003 par un groupe d’écrivains, traducteurs, graphistes et autres passionnés de livres et d’images, cette maison d’édition indépendante a pour raison d’être les littératures de genre et comme passion celle des histoires que l’on nous raconte. Leurs auteurs ont de belles plumes de conteurs et sortent des chemins battus. Pas seulement la science-fiction, par laquelle ils ont débuté, mais aussi et surtout les littératures du merveilleux (la fantasy), le fantastique et le roman policier. Retrouvez tous les romans publiés aux Moutons électriques ci-dessous et en cliquant ici

 

 

0 | 30

0 | 30


otras imagenes

JPEG - 73.7 ko
400 x 501 píxels

JPEG - 55.6 ko
400 x 498 píxels

JPEG - 62.6 ko
400 x 494 píxels

JPEG - 34.6 ko
400 x 503 píxels

JPEG - 39.3 ko
400 x 488 píxels

JPEG - 57.6 ko
400 x 519 píxels

JPEG - 88.1 ko
400 x 491 píxels

JPEG - 61.1 ko
400 x 654 píxels

JPEG - 46.4 ko
400 x 499 píxels

JPEG - 44.2 ko
400 x 498 píxels

JPEG - 78.4 ko
400 x 494 píxels

JPEG - 43.3 ko
400 x 490 píxels

JPEG - 60.1 ko
400 x 502 píxels

JPEG - 59.7 ko
400 x 500 píxels

JPEG - 42.7 ko
400 x 489 píxels

JPEG - 72.1 ko
400 x 661 píxels

JPEG - 48.4 ko
400 x 498 píxels

JPEG - 45.6 ko
400 x 499 píxels

JPEG - 54.1 ko
400 x 491 píxels

JPEG - 54.2 ko
400 x 500 píxels

JPEG - 48.8 ko
400 x 487 píxels

JPEG - 44.8 ko
400 x 499 píxels

JPEG - 60.3 ko
400 x 492 píxels

JPEG - 50.5 ko
400 x 491 píxels

JPEG - 62.6 ko
400 x 629 píxels

JPEG - 63.2 ko
400 x 499 píxels

JPEG - 33 ko
400 x 496 píxels

JPEG - 51.2 ko
400 x 493 píxels

JPEG - 43.7 ko
400 x 493 píxels

JPEG - 74.6 ko
400 x 500 píxels

JPEG - 48.6 ko
400 x 496 píxels

JPEG - 38.2 ko
400 x 494 píxels

JPEG - 75.7 ko
400 x 649 píxels