Médiathèque de Bagnolet
http://mediatheque.ville-bagnolet.fr/COUPS-DE-COEUR-DES-DISCOTHECAIRES,1331.html
COUPS DE COEUR DES DISCOTHECAIRES 2014
samedi, 17 janvier 2015
/ Musique /

Responsable des articles publiés dans la rubrique musique.

Une sélection de CD, DVD et livres en rock, jazz, musique classique, chanson française et musiques du monde du département Musique !


ROCK

- Alt-J : This is all yours , Infectious Music, 2014 - 2 ALT 20

Après un premier album à l’accueil dithyrambique, disque d’or en France, les Anglais d’Alt-J confirment leur originalité avec la production de ce nouvel album inclassable et passionnant. Proche du précédent mais avec un usage plus limité de l’électronique, l’album est un mélange très cohérent de pop-folk, de rythmes hip-hop et d’harmonies vocales aériennes. Alt-J compose et décompose les règles du songwritting. Ils sont, en cela, les dignes héritiers de Portishead et surtout de Radiohead.

 

- Asgeir : In the silence , One Little Indian, 2014 - 2 ASG 20

Le jeune Islandais de 21 ans est déjà célèbre dans son pays pour avoir mis en musique les poèmes de son père, une collaboration qui a beaucoup touché les gens. Avec son deuxième album, Asgeir rénove la folk par une musique electronica tout en subtilité. Sa voix en arpège, aussi juste que belle, captive à l’écoute. Il semble suivre une route tracée par Sigur Ros et Bon Iver.


 

- The Brian Jonestown Massacre  : Revelation , A Recording, 2014 - 2 BRI 20

Avec la sortie de son quatorzième album, le groupe de l’imprévisible Anton Newcombe confirme le virage pop et apaisé entrepris il y a deux ans avec l’album Aufheben. S’il semble avoir trouvé l’âge de raison, le leader n’a rien perdu de son enthousiasme quand il s’agit de faire de la musique. Entièrement enregistré dans son studio à Berlin et produit sur son propre label, son album est un mélange de complaintes baroques psychédéliques et expérimentales. Revelation s’apprivoise sur la durée et procure un plaisir diffus et continu.

 

- The Do  : Shake shook shaken , Get down, 2014 - 2 DO 20

Le duo franco-finlandais sort un troisième album et s’offre un changement radical : en gardant un format pop, il adopte une musique à la fois puissante et minimaliste, syncopée et électro. Ces deux musiciens vont droit au but en mettant de côté les guitares et les batteries pour laisser plus de place aux claviers et aux notes synthétiques. Le résultat donne une dimension tribale, épique et sensuelle à leur album.

 

- Israel Nash Gripka : Rain plans , Continental Records, 2013 - 2 NAS 60

En écoutant le troisième album de l’Américain Israel Nash, on pourrait croire qu’il est le fils de Graham Nash ou plus troublant encore celui de Neil Young : même voix, mêmes mélodies abouties, mêmes harmonies vocales. Il n’en est rien, aucun lien de parenté entre eux, mais Israel Nash ne cache pas ses influences, bien au contraire, et plus que le plagiat c’est le talent qu’on peut apprécier. La relève semble assurée.

 

- Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp : Rotorotor , Red Wig, 2014 - 2 ORC 00

Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp : titre malicieux en hommage croisé aux groupes traditionnels africains, et à l’un des plus grands dynamiteurs de l’art du 20ème siècle ; le résultat : Rotorotor (produit par John Parish), album-manifeste de musique libre et aventureuse, se souciant peu des frontières, mélangeant allègrement les héritages de la tradition, du free, du rock n’roll, du punk, de la musique contemporaine, de la pop…. Pour résumer un album frais et abouti, un grand disque !

 

 

- Parquet Courts : Sunbathing animal , Rough Trade, 2014 - 2 PAR 50

Les trois Américains d’origine texane ont trouvé leur son à Brooklyn, un son rock new-yorkais influencé par le Velvet Underground, Patti Smith, Television ou Sonic Youth. Après quelques années de galère à essayer de se faire connaître dans le milieu new-yorkais, ils sortent un premier album enregistré en trois jours. Leur dernier album, flamboyant, aux riffs punk-garage endiablés et à l’énergie brute, est cependant plus réfléchi et élaboré. Un groupe punk qui ne manque pas de chien !

 

- Slow Joe & The Ginger Accident : Lost for love , Tôt ou tard, 2014 - 2 SLO 60

Ce second album du crooner indien Joseph Manuel Da Rocha, dit "Slow Joe" (71 ans), entouré du collectif lyonnais Ginger Accident créé par Cédric de La Chapelle est une preuve que le rock n’est pas mort ! Sur des arrangements ambitieux, foisonnant d’instruments (orgue Farfisa, cordes, cuivres, bouzouki, mandoline, lap-steel, flûte, accordéon…), la voix de Slow Joe fait des merveilles, tout en emphase maîtrisée, digne mélange d’Elvis Presley et de Frank Sinatra. Un pur régal !

 

 

- Teleman : Breakfast , Moshi moshi, 2014 - 2 TEL 20

Le jeune groupe anglais s’est fait connaître sur scène durant les festivals de l’été 2013, puis en faisant les premières parties de Franz Ferdinand ou Metronomy. Grâce à leur pop réjouissante aux mélodies rondes et langoureuses, ils ont su conquérir leur public. C’est Bernard Butler, ancien membre du groupe Suede, qui a produit leur disque dans son studio londonien en laissant plus de place aux claviers, mellotron et même saxophone. Cet album est une sorte d’invitation à des voyages synthétiques, légers et aériens.

 

- Tindersticks  : Across six leap years , Lucky Dog, 2013 - 2 TIN 20

Le groupe culte de Nottingham fête ses vingt ans de carrière avec un album rétrospectif, mais plus qu’un best-of cet album est une variation. Les morceaux sont ré-arrangés, ré-orchestrés, ré-enregistrés et ré-interprétés magnifiquement par la voix emblématique de Stuart Staples. Tout cela dans les studios mythiques d’Abbey Road. Avec cet album les fans se délecteront de nouveaux détails et les autres découvriront un des groupes les plus importants de ces vingt dernières années.

 

- Morgan Neville : Twenty Feet from Stardom, Mars Distribution, 2014 - 781.66 NEV - DVD

Elles furent les grandes oubliées de la Musique populaire de ces cinquante dernières années ! Elles auraient pourtant aimé avoir une carrière flamboyante comme celle des stars avec lesquelles elles ont travaillé. « Elles », ce sont les choristes qui, sur scène, ont côtoyé les plus grands mais toujours à dix pas derrière eux ; sans elles Sympathy for the Devil, Proud Mary ou Thriller auraient eu aussi peu de relief qu’une vieille pochette de 33t. Le film suit une demi-douzaine de ces chanteuses de talent à travers l’histoire de la musique. Avec Darlene Love, Judith Hill, Merry Clayton, Lisa Fischer…et les témoignages de Sting, Mick Jagger, Bruce Springsteen, Stevie Wonder…

Le film a reçu de nombreuses récompenses internationales en 2013 et 2014.

 

 


BLUES, JAZZ, MUSIQUES NOUVELLES

- Jean-Michel Dupont, scénario ; Mezzo, dessin : Love in Vain : Robert Johnson, 1911-1938 , Glénat, 2014 - BD MEZ - Livre

Fresque historique, côté scénario de Jean-Michel Dupont, une frise en noir et blanc à déguster case par case, côté dessin signé Mezzo, Love in Vain est une bande dessinée d’une beauté somptueuse ! Elle relate la vie mouvementée de Robert Leroy Johnson (1911-1938), première star du blues, décédé violemment à l’âge de 27 ans et idole de toute une génération de musiciens (Clapton, Dylan, Hendrix, Led Zeppelin, Rolling Stones…..).

En filigrane, Love in Vain est également une chronique aussi poignante que truculente de la vie quotidienne des Noirs dans le Mississippi ségrégationniste des années 30.

 

 

- Henry Butler,  Steven Bernstein, The Hot 9 : Viper’s drag, Impulse, 2014 - 1 BUT 20

Créé en 1960, le label Impulse ! est un monument de l’histoire du jazz : John Coltrane, Pharoah Sanders, Charles Mingus, Sonny Rollins,…y ont gravé parmi leurs plus beaux albums. En sommeil depuis les années 70, le mythique label renaît avec la sortie de Viper’s drag de Henry Butler, Steven Bernstein et The Hot 9, véritable coup de maître et choc artistique inévitable entre un chanteur pianiste de la Nouvelle-Orléans exilé à New York et Steven Bernstein, trompettiste et arrangeur rétro-futuriste, leader majeur de la scène new-yorkaise. Le résultat est un disque jouissif, généreux, un hommage au jazz du début, celui du swing de Fats Waller ou Jelly Roll Morton, des bordels et des rues de la Nouvelle-Orléans. Aucune nostalgie ni reprise dégoulinante ou inutile sur « Viper’s drag », les compositions et les arrangements modernes de Steven Bernstein font véritablement revivre ce swing d’antan. Une merveille ! 

 

- Riccardo Del Fra : My Chet my song , Cristal Records, 2014 -1 DEL 90

« Riccardo Del Fra, contrebassiste, compositeur et arrangeur italien installé à Paris, a côtoyé et accompagné Chet Baker dans la dernière décennie de sa vie. Dans l’album My Chet my song, il lui rend un hommage lyrique, épique, avec le renfort d’un orchestre (Deutsches Filmorchester Babelsberg) et de solistes d’exception comme Pierrick Pédron et Airelle Besson. En 2011, à la demande de Jazz in Marciac, Riccardo Del Fra a conçu et créé sur scène un projet ambitieux en hommage à Chet Baker, incluant une formation orchestrale et des solistes de jazz : « My Chet my song ». Le répertoire incluait des standards immortalisés par Chet Baker et des compositions originales… Le projet s’est mué en quintet avant de connatre, avec un casting remodelé et de nouveaux arrangements, une concrétisation discographique. » (culturebox.francetvinfo.fr).

 

 

- Sylvain Rifflet, Jon Irabagon : Perpetual Motion : a celebration of Moondog, Jazz Village, 2014 - 490 RIF

Moondog, compositeur épris de musique médiévale, clochard céleste proche de Charlie Parker, pionnier des samples et du minimalisme, fait partie des génies méconnus du XXème siècle. Ce viking de la 6ème Avenue a hanté l’asphalte jungle new-yorkaise et les esprits de l’époque, transcendant les chapelles musicales : Arturo Toscanini, Leonard Bernstein, Allen Ginsberg, Philip Glass, Janis Joplin l’ont ainsi fréquenté. Décédé en 1999, son âme habite toujours nombre de musiciens. C’est sur ce terrain que se place Perpetual Motion, la création évènement conçue par Sylvain Rifflet (compositeur, saxophoniste et activiste de la nouvelle scène jazz française et européenne) et son compère souffleur américain Jon Irabagon ; l’enjeu, réinvestir la musique de Moondog ! Un remarquable DVD sensibilise visuellement et musicalement à cette aventure que le CD, ensuite, magnifie à chaque nouvelle écoute.

 

 

- Thomas Savy  : Bleu Archipel 2 , Plus Loin Music, 2014 - 1 SAV 90

Un nouvel archipel moiré de bleu a surgi des mondes intérieurs de Thomas Savy, auréole d’un swing “tantôt féroce, tantôt réconfortant ». Explorateur de cet instrument, la clarinette basse au point de l’incarner, Thomas Savy revient huit ans après un premier Archipel très remarqué, flamboyant à la tête du quintette. Michael Felberbaum, l’ami américain, et ses guitares bluesy scintillant au soleil du rock ; Pierre de Bethmann, l’homme des complexes, qui au piano fait miroiter l’eau dont sont faits les rêves ; Stéphane Kerecki, l’autre adepte des graves, qui fait marcher la basse avec une autorité de chef et enfin le canadien Karl Jannuska à la batterie.

(Nominé dans la catégorie « Album de l’année » aux Victoires du Jazz 2014).

 

 


MUSIQUE CLASSIQUE

- Ensemble Huelgas ; Paul Van Nevel : La Oreja de Zurbarán , Cypres, 2014 – 304 A ORE

Ce disque rassemble huit œuvres sacrées et profanes - pour beaucoup inédites- de compositeurs espagnols du XVIIème siècle fort peu connus. C’est le fruit d’un collectage opéré par Paul Van Nevel et son Ensemble Huelgas pour faire revivre la musique que le peintre espagnol Francisco de Zurbarán (1598-1664) aurait pu entendre au cours de sa vie. Le dépouillement austère des pièces présentées semble en accord avec les toiles empreintes du mysticisme de la Contre-Réforme de ce contemporain et ami de Velázquez, nous montrant comment musique et peinture procèdent d’une même vision du monde : " la musique polyphonique comme les tableaux de Zurbarán deviennent le médium idéal pour rapprocher de Dieu l’auditeur en quête d’extase. "

 

- Sabine Devieilhe ; Jean-Philippe Rameau  : Rameau : le Grand théatre de l’amour , Erato, 2014 - 399 DEV

A l’occasion du 250ème anniversaire de la disparition de Rameau en 2014, Erato fait coup double en enregistrant un rare récital d’airs d’opéras du Maître par la révélation lyrique la plus marquante depuis de longues années : la jeune soprano Sabine Devieilhe. Tout est parfait : maîtrise, équilibre, émotion, fantaisie… Un très beau disque !

 

- Johannes Brahms ; Raphaël Sévère, Adam Laloum,… : Sonata n° 1 & 2 for clarinet and piano , Mirare, 2014 - 3 BRA 13.73

“ Raphaël Sévère est le meilleur clarinettiste à avoir éclos ces dix dernières années. Son troisième album a été enregistré avec deux jeunes solistes non moins remarquables : le pianiste Adam Laloum et le violoncelliste Victor Julien-Laferrière. Il comprend les sonates 1 & 2 pour clarinette et piano de Brahms et son célèbre Trio en la mineur, dans lequel les trois interprètes rivalisent de sensibilité. Posée, aérée, marquée par le lyrisme ample et serein, leur lecture traduit une grande maturité. " (liberation.fr)


 

- Ferruccio Busoni ; Marc-André Hamelin : Late piano music (oeuvres tardives pour piano) , Hyperion, 2013 - 3 BUS 11

Marc-André Hamelin, pianiste canadien, ne cesse de nous épater en sortant souvent des sentiers battus, côté répertoire. Avec lui, trois heures durant, les enchevêtrements thématiques phénoménaux de Busoni ont la jubilation du petit enfant ayant réussi à imbriquer un rond dans un carré !

 

 


 CHANSON FRANCAISE

- Du Bartàs : Tant que vira... , Sirventès, 2013 - 093 DUB 7

Voilà un groupe qui, depuis sa création en 2007, a redonné du souffle à la chanson populaire languedocienne avec deux mots d’ordre : fête et partage. Plus inventif que jamais, Du Bartàs poursuit avec ce nouvel album, sa quête musicale, faisant la part belle aux polyphonies, aux rythmes multiformes et à la poésie en langue occitane, une langue vive et généreuse au cœur de la démarche artistique de ces cinq chanteurs et multi-instrumentistes. Entre eux, la complicité est totale, ouvrant la voie à des compositions subtiles et étonnantes, nourries d’une culture collective en perpétuelle évolution, où la légèreté de l’accordéon, du charango et du violon oriental titille la puissance des percussions.

 

- Dick Annegarn : Vélo va , Tôt ou tard, 099 ANN

Quarante ans après la sortie de son mémorable premier album (celui de Bruxelles, Bébé éléphant, Sacré géranium…), Dick Annegarn nous livre avec Vélo va un nouveau petit bijou de poésie chantée qui semble, lui aussi, promis à la postérité. Dix titres, seulement 31 minutes, mais que d’émotions, de bonheur, de frissons ! La voix de ce dégingandé Hollandais venu taper une incruste salutaire dans notre chanson hexagonale est toujours là, unique, attachante, traînant sa rudesse mélancolique sur un folk léger aux arrangements ciselés où l’on trouve moins de guitare mais du violon, de la harpe, du piano, du vibraphone…

 

- Jean-Louis Aubert : Aubert chante Houellebecq : les parages du vide , Warner Music, 2014 - 099 AUB

Jean-Louis Aubert et Michel Houellebecq ont bien fait de se rencontrer. Les adaptations en musique des poèmes de ce dernier sont magnifiques, d’une intimité chaleureuse. Aubert a su capter la sensibilité du poète à travers des mélodies douces et tendres et amener ses mots vers la lumière. Il a réussit un exercice périlleux et donne ses lettres musicales à un Houellebecq enchanté du résultat.

 

- Irina Björklund : La vie est une fête , Naïve, 2014 - 099 BJO

Pour son nouvel album, la finlandaise Irina Björklund a fait le pari de traduire en Français une sélection de chansons de son pays, qui, à cause de la barrière de la langue, n’avaient guère été partagées avec le reste du monde. Ambiance champêtre et mélancolique un rien jazzy, voix douce et berçante d’Irina, textes poétiques et tendrement accrocheurs sur l’amour, la nature ou la fuite du temps, tout concourt à faire de cette rencontre franco-finnoise, produite par Marc Collin et Liset Alea, deux complices de Nouvelle Vague, une jolie réussite.

 

- Hubert-Felix Thiéfaine : Stratégie de l’inespoir , Sony-BMG, 2014 - 099 THI

Quarante ans de carrière, dix-septième album, successeur magistral à Supplément de mensonge, une fois de plus l’univers de Thiéfaine nous séduit par ses mots et sa poésie-rock fascinante. L’amour des mots, la force de la musique, l’incarnation vocale de ses textes, des thématiques qui reviennent, toujours travaillées, voilà ce que l’artiste nous offre une fois de plus pour notre plus grand plaisir. Les arrangements et la production sont assurés avec succès par son fils et la guitare rock par Alice Botté.


 

MUSIQUES DU MONDE

- Akalé Wubé : Sost , Clap Son, 2014 - 014 AKA 6

En 2008, le saxophoniste et flûtiste de jazz Etienne de la Sayette tombe sur la collection Ethiopiques, conçue par Francis Falceto et le label Buda musique, où sont rassemblés certains trésors de la musique enregistrés à Addis Abeba dans les années 1970, le fameux « Swingin’ Addis », un mélange de jazz, de musique latine, de pop et de musique traditionnelle éthiopienne. Il décide alors avec quatre musiciens parisiens de former le groupe Akalé Wubé (« Quelle jolie fille » en amharique) avec le projet de revisiter l’éthio-jazz des grands maîtres : Mulatu Astatqé, Alémayéhu Eshèté, Getatchew Mekurya... A cette musique déjà fortement métissée. Akalé Wubé ajoute des touches de funk, de soul, de rock voire de tango pour un résultat qui groove grave !.

 

- Yasmine Hamdan : Ya nass , Crammed discs, 2013 - 024 HAM 7

Yasmine Hamdan est une auteure-compositrice-interprète libanaise vivant à Paris. Elle a débuté avec Soapkills, l’un des premiers groupes électroniques du Moyen-Orient, qu’elle a fondé en 1997 à Beyrouth avec Zeid Hamdan. Réalisée en collaboration avec Marc Collin (Nouvelle Vague), Ya nass est une version internationale remaniée de son premier album solo, Yasmine Hamdan, sorti en 2012. Elle y mélange avec élégance des sonorités pop, folk ou électro et des mélodies inspirées par diverses traditions moyen-orientales. Fortement imprégné des différents styles vocaux des divas du monde arabe, son chant ne devrait laisser personne indifférent.

 

- Las Hermanas Caronni : Vuela , Les Grands Fleuves, 2013 - 042 HER 7

C’est en 2006, encouragées par leur compatriote argentin Juan Carlos Cáceres, que les deux jumelles Gianna et Laura Caronni, ont commencé à travailler et interpréter leurs propres compositions. Avec Vuela, leur deuxième album, elles revisitent avec grâce, sensibilité et originalité, tango, milonga et autre chacarera, se jouant des codes et des idées reçues sur ces genres musicaux.

 

- Flavia Coelho : Mundo meu , Vagh & Weinmann music, 2014 - 049 COE 7

Installée en France depuis 2006, Flavia Coelho n’en oublie pas pour autant ses racines brésiliennes, qui imprègnent la plupart de ses textes et compositions. Ouverte à tous les mélanges, elle combine, dans ce deuxième album, diverses musiques de son pays natal (samba, baile funk, forro, frevo) avec du reggae, du raggamuffin, du hip-hop, de l’afrobeat ou encore du boléro. C’est joyeux, entraînant, énergique et sensuel ! A noter la présence de Patrice, Tony Allen, Speech (Arrested Development), Fixi & l’Ultra Bal et Woz Kaly, qui enrichissent chacun cette belle palette musicale de leur texture sonore.

 

- Winston McAnuff, Fixi : A new day , Chapter Two, 2013 - 052 MCA 6

Quand une figure emblématique du reggae rencontre l’accordéoniste du groupe Java, cela donne un goûteux cocktail musical aux ingrédients variés : reggae, musette, afrobeat, maloya, soul, blues… Entouré d’invités de renom (Tony Allen, Matthieu Chedid, Cyril Atef…), le complice et subtil duo que forment Winston McAnuff et Fixi fait souffler un vent revigorant sur la planète reggae et la world music.