Découvrez les coups de coeur de 2021 des discothécaires en rock, jazz, blues, soul, musique classique et contemporaine, chanson française, musiques du monde, humour.

Ce cinquième et dernier volet est consacré aux musiques du monde.

Si les titres qui vous intéressent sont empruntés, n'hésitez pas à les réserver !

 

 Bonbon Vodou

 

Cimetière créole - Heavenly recordings, 2021 - 011 BON 7

Quatre ans après son premier album African Discount, le duo Bonbon Vodou composé d’Oriane Lacaille (fille du grand musicien réunionnais René Lacaille) et de Jérémie Boucris (alias JereM) propose une nouvelle série de ballades sucrées salées chantées en français et en créole sur des rythmiques délicates ou endiablées imprégnées de séga et de maloya. Sur ce second opus, les deux complices ont invité leur mentor Danyel Waro ainsi que Piers Faccini, Laura Cahen, papa Lacaille, Garçons SVP ou encore Sages comme des sauvages pour un voyage empreint de nostalgie joyeuse, sorte d’hymne poétique à la créolité et au métissage, à la fois intime et universel. C’est frais et dépaysant alors n’hésitons pas en ces temps anxiogènes à se laisser transporter vers lîle de La Réunion dans leur cimetière enchanté et dansant.

site officiel

 

Myriam Beldi

Ecoute ma voix -  NOA music, 2021 - 021 BEL 7

Née à Alger, mais vivant en France depuis plusieurs années, Myriam Beldi est l’une des rares artistes féminines à chanter du chaâbi, ce genre musical populaire dérivant de la musique arabo-andalouse, apparu à Alger au début du XXe siècle. Dans cet album conçu avec Mohamed Abdennour, alias « Ptit Moh », figure importante de la musique algérienne traditionnelle, qui a travaillé notamment avec Rachid Taha, Gnawa Diffusion, Damon Albarn, Mick Jones, Idir et dirigé l’orchestre El Gusto, elle a cherché à marier le chaâbi avec le rock et le groove et à le chanter en français avec sa voix chaude et veloutée. C’est une approche artistique audacieuse et ambitieuse qui bouscule les habitudes et les conformismes musicaux en donnant au chaâbi et à la chanson française un souffle nouveau, qui nous emporte. Une belle fusion musicale à découvrir.

en savoir plus

 

Rhiannon Giddens

They're calling me home - Nonesuch records, 2021 - 061 GID 7

Originaire de Caroline du Nord, Rhiannon Giddens a étudié le chant lyrique avant d'explorer toutes les facettes et les origines métisses de la musique folklorique américaine que ce soit avec le string band Carolina Chocolate Drops, avec le groupe folk Our Native Daughters ou encore avec Ben Harper. Depuis 2019, cette chanteuse, banjoïste et violoniste travaille avec le multi-instrumentiste et jazzman italien Francesco Turrisi. They're calling me home est le second album né de leur collaboration, enregistré pendant le confinement dans un studio de fortune près de Dublin. Le duo d'expatriés y exprime son mal du pays, trouvant son réconfort dans la réinterprétation collective de la musique de leurs pays d'origine et adoptifs : Etats-Unis, Italie et Irlande. A travers plusieurs chansons traditionnelles et de nouvelles compositions s’expriment la colère et la peine, des émotions profondes, où le ballet harmonieux du banjo, de l'accordéon, du violoncelle ou des tambours sur cadre est sublimé par le chant intense de Rhiannon Giddens. Un album incontournable, apaisant et réconfortant.

 site officiel

 

Nkumba System

Bailalo duro - Prado records - 046 NKU 7

Fondé en 2018, par le guitariste Guillaume Cros, ce groupe marseillais composé de musiciens français, colombiens, camerounais et cubains propose avec Bailalo duro une fusion tropicale vivifiante et dansante reliant l’Afrique centrale à la Colombie en passant par les Caraïbes. Enregistré entre Bogotá et Paris, ce premier album mélange avec bonheur et générosité, le makossa camerounais, la cumbia, la rumba zaïroise, le highlife, la guaracha cubaine, le currulao de la côte pacifique colombienne et le blues du désert.  Alors, laissons-nous griser par ce cocktail explosif !

 

 

Dafné Kritharas

 

Varka - Lior, 2021 - 077 KRI 7

Dans Varka (la barque), son deuxième album, Dafné Kritharas, née en 1992 à Paris d’un père grec et d’une mère française, parcourt un répertoire qui brasse les musiques des peuples de l’ex-empire ottoman : rebetiko, chants gréco-arméniens, judéo-espagnols (ladinos), bosniaques, turcs… Cet album est porté par toute l’émotion de la voix pure et déchirante de la jeune femme et toutes les influences des musiciens d’origines très différentes qui l’accompagnent : iraniens, arméniens, kurdes, grecs, libanais, azéris, albanais et français. Avec quelques touches jazzy et électro, Dafné Kritharas, habille de modernité ces chants anciens souvent oubliés. Cependant, elle y ajoute ses propres chansons : des compositions inspirées de modes traditionnels (anatoliens ou des îles grecques) dans lesquelles elle transforme des histoires vraies en contes mystérieux. En janvier 2021, elle a été la lauréate du prix des musiques d'ici/Diaspora Music Awards, prix créé par l’association Villes des Musiques du Monde. Une artiste à suivre.

interview