le 22 janvier 2011

"La Compagnie des menteurs", de Karen Maitland

Un roman noir historique passionnant aux éditions Sonatine et disponible à la Médiathèque !

Karen Maitland est une auteure anglaise née en 1956. "la Compagnie des menteurs" est son premier roman traduit en français aux éditions Sonatine.

En 1348, la vieille Europe est ravagée par la "pestilence" et l’épidémie touche pour la première fois l’Angleterre et ses villes portuaires du sud.

Camelot est sur la route. Il fuit. La peste qui se propage de village en village, mais aussi son passé, sa famille, son histoire. Il parcourt les villes pour vendre des reliques prétendument sacrées, ramenées d’Orient. Son visage borgne, son âge avancé et sa cicatrice sont là pour prouver sa bonne foi.

L’urgence, partir vers le nord du pays, là ou la pestilence disparaîtra avec le froid et l’hiver qui arrive. Car la panique envahit l’Angleterre. Sur son chemin, Camelot va rencontrer plusieurs personnages au passé aussi trouble que le sien, et curieusement, c’est bientôt neuf compagnons (hommes, femmes, enfants) qui vont se trouver réunis dans cette fuite.

Quand la mort touche un premier compagnon, on croit d’abord à un suicide, mais très vite, chacun va comprendre qu’un tueur mystérieux est à leur poursuite.

Anonyme. XVe siècle

Forme de huis-clos, La Compagnie des menteurs est un livre dense, très réaliste dans la description des ravages de l’épidémie de peste, et pour tout dire passionnant. L’histoire, narrée par le Camelot, avance doucement, l’auteure prend le temps de poser son récit, le contexte (le moyen-âge, la peste) et la terreur qui en découle, l’atmosphère humide, glaçante, rien n’est laissé au hasard. On s’enfonce doucement, mais sûrement dans la l’horreur, sans jamais s’ennuyer jusqu’au dénouement de l’histoire. Et si bémol il devait y avoir, c’est sûrement dans l’explication du mystère et la "pirouette" finale que l’on peut le trouver. Mais c’est un avis personnel, et qui n’aura pas gâché le plaisir de lecture que m’a procuré ce roman.

P.R.

La Compagnie des menteurs / Karen Maitland Trad. de Fabrice Pointeau Ed. Sonatine, 2010

- La dernière liste de nouveautés Polar - SF : ici

- Le catalogue de la Médiathèque : ici

- Deux autres avis sur ce roman : celui de Pimprenelle ou celui de Melmélie

- Pour aller plus loin sur la grande épidémie de peste noire :

- A lire : La Peste noire, 1345-1730 : grandes peurs et épidémies / William Naphy, Andrew Spicer. Ed. Autrement, 2003 (collection Mémoires) (Cote : 616.92 NAP)

Cette étude historique présente la propagation de la peste arrivée d’Asie centrale en 1347 à Messine et qui sévit pendant quatre siècles. Elle décrit l’adoption des dispositifs sanitaires en Europe, comme la gestion des corps des pestiférés. La peste a traumatisé les populations créant une peur collective qui s’est reportée sur les indésirables de la société, les vagabonds et les juifs.

- A écouter : La Grande peste noire / Jean-Louis Biget Ed. De Vive Voix Limited, 2001 (collection L’Histoire racontée) (Cote : 909.6 BIG)

La grande peste noire de 1348 est un événement dramatique dans l’histoire de l’Occident médiéval qui touche la quasi-totalité de l’Europe. Les représentations religieuses et artistiques voient l’explosion d’une veine macabre. Les communautés familiales et territoriales sont déstructurées, la société féodale se transforme, l’État monarchique émerge.

La peste à Florence, par Boccace, enluminure issue de l'ouvrage le décaméron, XV° siècle. (www.histoire-fr.com)

La peste à Florence, par Boccace, enluminure issue de l’ouvrage le décaméron, XV° siècle.