le 29 avril

LA NOVELA NEGRA ESPAÑOLA : le roman noir et policier espagnol

Sélection | Mai 2017

Partez à la découverte du roman noir et policier espagnol !

 

Les spécialistes du roman policier s’accordent à dire que le grand tournant pour le roman policier espagnol s’amorce au milieu des années 70, avec la publication par Jaume Fuster du premier roman noir catalan « Petit à petit l’oiseau fait son nid » pour se concrétiser à la fin de l’année 74 lorsque Manuel Vazquez Montalban fait paraître « Tatouage », considéré comme la première des multiples enquêtes du détective Pepe Carvalho dans Barcelone et l’Espagne post-franquiste.

 

Une œuvre qui s’efforce de chroniquer épisode après épisode l’histoire de la transition démocratique espagnole, de la mort de Franco en 1975 jusqu’à l’entrée de l’Espagne dans le marché commun en 1986 et plus loin. Pour Vazquez Montalban, le roman noir explore le sous-sol de la société. Il sera rejoint sur ce terrain par Andreu Martin, Juan Madrid, et Francisco Gonzalez Ledesma avec son inspecteur barcelonais Ricardo Méndez.

 

Plus tard, des auteurs de littérature « blanche » adopteront les codes narratifs du roman policier : Eduardo Mendoza ou Antonio Muñoz Molina avec le sombre « Pleine lune ». Pendant les années 90, c’est Arturo Perez Reverte qui sera au premier plan des écrivains espagnols avec ses romans mêlant intrigue, mystère et histoire.

 

A la fin des années 2000, la crise qui a durement touché l’Espagne est fortement présente dans les romans publiés notamment par Cristina Fallaras ou Aro Sainz de la Maza qui décrivent une Barcelone sombre, grise et déprimante, violente et cynique, froide et désespérante. Cette Barcelone-là est bien « la partie effondrée de l’Espagne », celle dont témoignait l’auteure Cristina Fallarás avec « Deux petites filles » : un monde où la délinquance n’est qu’une simple et ordinaire stratégie de survie pour ceux qui n’ont plus grand-chose, qui n’ont plus rien.

 

On n’oubliera pas de noter les romans d’Alicia Gimenez Bartlet qui met en scène la volontaire Petra Delicado, un mélange, comme le reflète son nom, de douceur et de dureté, ceux Victor del Arbol, l’ancien séminariste puis policier converti depuis à l’écriture de romans noirs dont la femme est « la lumière de ses livres car elle représente l’espoir » ou ceux de Dolorès Redondo avec ses histoires qui mêlent enquête contemporaine et croyances populaires au cœur du Pays basque espagnol.

 

 
BARCELONE : UN VERITABLE PERSONNAGE DE LA NOVELA NEGRA !

 

La ville de Barcelone est au cœur de nombreux romans policiers espagnols et c’est une véritable chronique de la ville sur plus de 40 ans que l’on peut suivre au travers des histoires de Manuel Vazquez Montalban, Francisco Gonzalez Ledesma, Aro Sainz de la Maza, Alicia Gimenez Bartlet, Cristina Fallara et d’autres auteurs que vous pourrez retrouver avec le pictogramme de la Sagrada Familia !

 

Un livre vous intéresse : connectez-vous sur le catalogue en ligne de la Médiathèque pour savoir s’il est disponible, et, dans le cas contraire, pour le réserver.

 

Bonnes découvertes et bonnes lectures !