le 14 mars

Hors Limites 2017 : le festival de littérature de Seine-Saint-Denis

Tout ce qu’il faut savoir sur nos 5 rendez-vous !

Depuis sa création le festival Hors limites assume pleinement ses origines ; né en Seine-Saint-Denis pour les lecteurs du 93 et porté par l’Association des bibliothèques du département, il valorise depuis toujours une littérature remuante et ambitieuse, complexe et vivante, auprès d’usagers qui ne le sont pas moins.

 

- Le programme complet du festival


SAMEDI 18 MARS | 17H00

PERFORMANCE

THE SPLEEN, avec FRANK MICHELETTI, chorégraphe ET CHARLES ROBINSON, écrivain

En partenariat avec le festival Concordan(s)e : une rencontre inédite entre un chorégraphe et un écrivain.

 

 

« Nous ne sommes pas tranquilles avec les malheurs du monde. Nos corps incorporent des toxiques. Ils grouillent, râlent, protestent et craquent. Nos symptômes chantent avec les humiliés. Nous avons pourtant l’intuition d’autres possibles, où jouent les écosystèmes, les entrailles, les liens souples, les formes de vie, les escapades et les raccourcis. (...) En usant des arts spleenétiques, nous ploierons et déplierons des voix, des corps, des aventures proches ou lointaines, des récits parallèles et méconnus, pour exsuder le Spleen qui empoisonne nos existences. »

 

FRANK MICHELETTI, chorégraphe de la compagnie Kubilaï Khan Investigation, a présenté en décembre dernier la performance Play>Ground à la Médiathèque de Bagnolet. Cette performance a mêlé son capté dans les mois précédents dans la Médiathèque et danse.

 

 

CHARLES ROBINSON a publié en 2016 Fabrication de la guerre civile aux éditions du Seuil dans la collection Fiction & Cie. « Une fresque poétique et romanesque qui évoque la vie des habitants de la Cité des Pigeonniers, dans une ville nouvelle en région parisienne. Le lancement d’un projet de rénovation urbaine consistant à raser les bâtiments pour en construire de nouveaux provoque de nombreux remous au sein de cette microsociété menacée par la crise et la paupérisation. »

+ sur Charles Robinson

- Réserver le roman à la Médiathèque

 


MARDI 21 MARS | 19H00

LECTURE / CONCERT

NOTRE CHÂTEAU, D’EMMANUEL RÉGNIEZ

AVEC LUCIE EPLE (LECTURE), JULIEN JOLLY (COMPOSITION, SYNTHÉTISEURS) & SÉBASTIEN MAIRE (CONTREBASSE)

Une production des éditions Le Tripode et de la Maison de la Poésie

Photo : Thomas Eakins

 

 

Le résumé : Un frère et une sœur vivent reclus depuis des années dans la demeure familiale qu’ils ont baptisée Notre Château. La seule exception à cet isolement est la visite du jeune garçon chaque semaine à la librairie du centre-ville. Mais au cours d’une de ces sorties hebdomadaires, il aperçoit sa sœur dans un bus de la ligne 39. C’est inexplicable, il ne peut se l’expliquer. Le cocon protecteur dans lequel ils se sont enfermés depuis vingt ans commence à se fissurer.

 

L’avis de Maxime, bibliothécaire : Obsédant et angoissant, ce roman transporte complètement le lecteur dans le monde malade du narrateur. On ne sait plus s’il s’agit de folie ou de magie, là où des éléments illogiques apparaissent ou disparaissent, où le narrateur fou choisit les informations qu’il donne. Son point de vue est unique, et le lecteur ne peut se raccrocher qu’à ses dire, qu’à sa façon de voir. Il est donc difficile de se faire une interprétation propre de ce qu’il se passe. L’analyse est "polluée" par la partialité du narrateur.

 

Enfin, c’est un roman qui va à l’encontre du réalisme. On navigue dans un monde bizarre, mais sans savoir s’il s’agit du réel ou du fantastique. Mais le réalisme en est éloigné. On peut y retrouver un esprit à la Beckett, même si le style en est très différent. A lire absolument !

- La chronique complète de Maxime

 

Le concert littéraire : Il faut venir écouter la magnifique lecture de Lucie Eple qui donne une dimension supplémentaire à cette étrange ambiance. La partie musicale ajoute à l’atmosphère gothique du roman et certaines séquences hanteront vos souvenirs bien après la fin du spectacle.

- Écouter un extrait

- Réserver le livre à la Médiathèque

 

VENDREDI 24 MARS | 19H00

RENCONTRE CROISÉE

VINCENT MESSAGE ET STÉPHANE AUDEGUY

NOUS SOMMES DES ANIMAUX DE MAUVAISE COMPAGNIE

RENCONTRE MODÉRÉE PAR LUCIE RICO

 

 

Suivre le roi des animaux ‘en personne’ depuis les savanes de l’Empire colonial jusqu’au jardin du château de Versailles en pleine Révolution française ? Imaginer un monde qui ne serait plus tout à fait le nôtre, où l’espèce humaine aurait été ‘défaite’ et dominée par une autre, avec laquelle toute vie commune relèverait de l’interdit – transgression d’une ‘loi de Séparation’ entre deux ‘catégories d’êtres’ ?

 

C’est, respectivement, ce que nous proposent les deux derniers livres de Stéphane Audeguy et de Vincent Message. Deux façons de poser une réflexion, qui méritaient d’être croisées, sur notre rapport à l’animal – émissaire de cette nature dont Descartes nous rêvait ‘comme maîtres et possesseurs’, et que d’aucuns ont considéré comme plus ‘humain’ d’apprivoiser.

 

EXTRAITS LUS PAR LES BIBLIOTHÉCAIRES

 

 

 

VINCENT MESSAGE a écrit en 2016 Défaite des maitres et possesseurs aux éditions du Seuil : « Humaine d’élevage en situation irrégulière, Iris attend pour être opérée que son compagnon issu de la nouvelle espèce dominante, Malo Claeys, trouve le moyen de régulariser sa situation et de lui trouver des papiers. L’interdiction qui pèse sur leur relation rend les démarches compliquées, dans un monde où les nouvelles créatures dominent la Terre et réservent aux humains le sort jadis infligé aux animaux. Prix Orange du livre 2016. »

 

« On n’oubliera pas de sitôt le deuxième roman de Vincent Message, Défaite des maîtres et possesseurs, paru au début de l’année [2016]. La puissance évocatrice de cette fable glaçante, l’efficace simplicité de son écriture, lui donnent une force singulière qui vient aujourd’hui résonner avec l’enfer des images d’abattoirs et d’élevages industriels de poules pondeuses récemment mises en ligne par l’association L214. » Télérama

- La chronique du roman par Maxime, bibliothécaire

- Vincent Message présente son roman

- Suivez Vincent Mesage sur Facebook

- Réserver le livre à la Médiathèque

 

STEPHANE AUDEGUY a publié en 2016 Histoire du lion Personne aux éditions du Seuil : « L’histoire romancée du lion Personne, qui vécut au Sénégal et en France, arrivé à la ménagerie de Versailles en 1786 et mort en 1796. Une épopée racontée du point de vue de l’animal. Prix Wepler-Fondation La Poste 2016, prix littéraire 30 millions d’amis 2016. Prix du roman Version Femina 2016. »

 

« Dans ce roman captivant, Stéphane Audeguy pastiche tout à la fois les fables animalières, le récit picaresque et le conte philosophique. Il nous invite à suivre, à la toute fin d’un XVIIIe siècle turbulent, le lion Personne, au cours d’une odyssée belle, tragique, parfois comique, et toujours édifiante. Allant du Sénégal à Versailles, nous croisons des hommes mauvais et des hommes bons, des naïfs et des ambitieux, des couards et des courageux. »
Philippe Claudel, Président du jury du prix Version Fémina.

- Stéphane Audeguy présente son roman

- Lire un extrait du roman

- Réserver le livre à la Médiathèque

 


SAMEDI 25 MARS 2017 | 17H30

RENCONTRE

AVEC VALENTINE GOBY

RENCONTRE MODÉRÉE PAR ARNO BERTINA

 

 

S’ÉCHAPPER BELLE AVEC VALENTINE GOBY

Un parcours littéraire à travers la Seine-Saint-Denis : 4 villes (Dugny / St Denis / Bobigny / Bagnolet) avec la présence de l’auteure Valentine Goby

Déclinés en quatre temps de rencontres, le public sera invité à partager un moment convivial avec l’auteur, à travers une diversité de forme (lecture musicale, rencontre, projection...) et la présence de nombreux invités : montez dans le bus, laissez-vous guider, et voyagez dans l’œuvre d’un auteur.

- Pour réserver une place dans la navette gratuite et connaître l’ensemble du parcours

 

# ETAPE 4 A 17H00 : VALENTINE GOBY fait partie de ces écrivains capables de faire le grand écart. En sa compagnie nous essaierons de donner à entendre cette fantastique souplesse poétique qui lui permet d’être au plus près des corps, de l’intime, et, à l’autre bout du spectre, de parler de la communauté – de ce qui la fonde comme de ce qui la détruit. Qu’il s’agisse des monologues de femmes dans « Qui touche à mon corps je le tue » ou du parcours de Madeleine dans « L’Echappée », à chaque fois la question du corps des femmes s’avère centrale dans ses romans. Corps martyrisé, que certains hommes veulent contrôler, mais aussi corps désirant et désiré, corps capable d’enfanter – à son corps défendant parfois…

- Suivez Valentine Goby sur Facebook

 

POUR PREPARER LA RENCONTRE :

 

Qui touche à mon corps je le tue (Gallimard, 2008)

En 1943, Marie G. a pratiqué un avortement sur Lucie L. Elle est condamnée à la guillotine et attend son châtiment dans sa cellule. Pendant ce temps Lucie repense au jour où elle s’est fait avorter. Tandis que Henri D., le bourreau, se prépare avant l’exécution.

- Réserver le livre à la Médiathèque

 

Kinderzimmer (Actes Sud, 2013)

En 1944, à Ravensbrück. Mila, 22 ans, est internée dans ce camp de concentration majoritairement féminin. Les détenues trouvent en leur âme la force de survivre et d’imaginer un lendemain. Mila ignore qu’elle est enceinte...

- Réserver le livre à la Médiathèque

 


MERCREDI 29 MARS | 16H00

RENCONTRE ET ATELIER LITTÉRATURE ET CINÉMA

AVEC CLAUDINE DESMARTEAU

DANS LA PEAU D’ANTOINE DOINEL

A partir de 10 ans – durée : 2h00

Inscription obligatoire (01 49 93 60 90)

 

 

Si elle se fait appeler Jan, c’est que l’héroïne du roman éponyme de CLAUDINE DESMARTEAU déteste son prénom : Janis. Pourtant, personne n’oserait se moquer d’elle, car elle n’a pas l’habitude de se laisser faire mais plutôt celle d’en venir aux mains. Son père raconte d’ailleurs qu’elle était née les deux poings serrés. Aussi, lorsqu’elle se retrouve placée en foyer puis en famille d’accueil, le temps d’une enquête des services sociaux, sa décision est vite prise : elle veut protéger son petit frère, rentrer chez elle et réunir à nouveau ses parents. Et c’est en s’identifiant au héros du film de François Truffaut, « Les 400 coups », qu’elle puise la force de sa révolte.

 

En présence de l’auteure, cette rencontre sera donc l’occasion d’explorer les liens entre littérature et cinéma. Et, le temps d’un atelier d’écriture, de se mettre également « dans la peau d’Antoine Doinel »...

 

POUR PRÉPARER LA RENCONTRE :

 

Les membres du comité JEUNE ET JE LIS, le comité ado de la Médiathèque, reçoivent Claudine Desmarteau le 25 février à 16h00 pour évoquer l’ensemble de son travail, aussi bien pour les plus jeunes que pour les adolescents. Un rendez-vous ouvert à tous !

- Le portrait de Claudine Desmarteau sur le blog Jeune et je lis

- Les ouvrages de Claudine Desmarteau à la Médiathèque

 


    Date de l'évènement:
  • Samedi 18 mars 17:00-18:30
  • Mardi 21 mars 19:00-20:00
  • Vendredi 24 mars 19:00-20:30
  • Samedi 25 mars 17:00-18:00
  • Mercredi 29 mars 16:00-18:00