le 13 novembre 2015

Exposition 90°_géométries urbaines #5 : l’art vidéo

Pour se documenter sur l’art vidéo, nous vous proposons quelques ressources :

 

Tout d’abord, la définition donnée par Wikipedia :

« L’art vidéo naît, en tant qu’expression artistique, au début des années 1960, de la rencontre de plasticiens, d’ingénieurs et de responsables de chaînes de télévision qui cherchent de nouvelles possibilités d’utilisation du médium vidéo. Même si des tentatives sont faites dès la fin des années 1950, la naissance officielle de cet art a été fixée à mars 1963, lorsque Nam June Paik expose, à la Galerie Parnass à Wuppertall, treize téléviseurs préparés pour la distorsion d’images » (Wikipedia)

 

Le Centre Pompidou, qui compte une collection d’art vidéo, a réalisé un dossier pédagogique sur le sujet, intitulé « les nouveaux médias », que vous pouvez retrouvez sur le site du Centre Pompidou.

 

Vous pouvez également suivre une conférence de Christine Van Assche, conservatrice au Centre Pompidou, pour l’Université de tous les Savoirs, en 2004 sur Canal U, la webtv de l’enseignement supérieur et de la recherche.

 La courte vidéo réalisée par le Grand Palais à l’occasion de l’exposition de Bill Viola, disponible sur leur site, est aussi une bonne introduction.

 

Vous pouvez aussi visiter le site de « Heure Exquise ! Centre international pour les arts vidéo » qui est spécialisé dans la promotion, la programmation et la préservation d’œuvres d’art vidéo et de vidéos de création. Créé en 1975, à l’initiative d’un collectif d’artistes, Heure Exquise ! a développé progressivement des activités de distribution et de programmation de vidéos créatives.

 

D’autres propositions de vidéos :

 

Le site d’Arte propose de nombreux exemples d’art vidéo. Par exemple, Françoise Pétrovitch qui revient sur une vidéo produite en 2013, installée devant un miroir d’eau, dédoublant l’image tout en la brouillant.

 

Dans les collections de la Médiathèque :

 

 

Vidéo, un art contemporain/ Françoise Parfait. Regard, 2001. (709.04 8 PAR)

Ces oeuvres choisies et illustrées jalonnent un parcours historique, esthétique et analytique de la relation entre images électroniques et art contemporain en 40 ans de production vidéo. Au-delà de la spécificité des supports, empruntant au cinéma, à la télévision, à la musique, aux arts du geste de la culture populaire, la vidéo se révèle une figure incontournable de l’art du XXe siècle.

 

 

L’ art vidéo/ Michael Rush. Thames & Hudson, 2003. (709.040 8 RUS)

Ce livre analyse l’émergence de cet art singulier, des premières expérimentations dans les années 60, avec l’apparition du portapak notamment, à la révolution numérique des années 90. M. Rush met en lumière l’approche particulière du corps par les vidéastes, les nouvelles techniques narratives et les liens entre la vidéo et les nouveaux médias.

 

Collection Nouveaux médias, installations : la collection du Centre Pompidou-Musée national d’art moderne/ dirigé par Christine Van Assche. Ed. du Centre Pompidou, 2007. (709.443 61 CGP)

Présentation de 85 vidéos, installations et oeuvres multimédias, issues de la collection du Musée national d’art moderne, en 2007, et illustrant l’histoire des nouveaux médias depuis les années 1960.

 

 

 

A l’attaque/ conçu par Adel Abdessemed. La Criée, 2007. Ed. bilingue français-anglais. (709.040 8 ABD)

Prolongement d’une exposition, intitulée Practice Zero Tolerance, cet ouvrage livre des informations sur le parcours d’Adel Abdessemed et sa posture artistique. A travers vidéos, installations, sculptures, photos et dessins, il cherche à rendre le sens maximal à l’image minimale.

« Adel Abdessemed (né en 1971 à Constantine, vit et travaille à Paris et Berlin) déconstruit les codes identitaires qui structurent les représentations du pouvoir. Ses œuvres, d’une simplicité caractéristique, font écho à des faits précis, à des événements historiques, à des situations familières, mais dépassent le commentaire narratif ou la critique militante et déjouent toute tentative d’amalgame à une quelconque appartenance identitaire, ou nationaliste. A travers les thèmes de la religion, de la sexualité et de la violence, Abdessemed interroge également le statut social et économique de l’artiste dans un système sur lequel il n’a que peu de prise, s’en éloignant sciemment dans un geste de démission subversif et engagé. »

 

 

 

Marina Abramovic : The Artist is Present/ réalisé par Jeff Dupre, Matthew Akers. DVD, 2012. (709.040 8 ABRA)

Marina Abramovic redéfinit l’art depuis près de quarante ans. Utilisant son corps comme médium, dépassant ses propres limites - quitte à risquer sa vie - elle crée des performances qui choquent, provoquent et émeuvent. Alors qu’elle se prépare pour l’un des événements majeurs de sa carrière, une rétrospective au MoMA de New York, Marina va enfin pouvoir répondre à la question qui lui est posée sans relâche : en quoi est-ce de l’art ?

 

Pierre Huyghe, Celebration Park / film réalisé par Gilles Coudert. DVD, 2008. (709.05 HUY)

Ce documentaire présente l’exposition Celebration Park de l’artiste français Pierre Huyghe au Musée d’art moderne de la ville de Paris, en 2005." Celebration Park" est la préfiguration d’un parc que l’artiste envisage de construire ultérieurement en s’inspirant de l’Exposition universelle.

 

 

Bruce Nauman/ texte Joan Simon, Robert Storr. Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2015. (709.05 NAU)

A l’occasion d’une exposition à la Fondation Cartier, ce livre présente l’oeuvre de l’artiste américain, depuis la fin des années 1960, constituée de sculpture, vidéo, installation et performance.

 

 

Bill Viola : catalogue d’exposition, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 2014 / sous la direction de Jérôme Neutres. RNM, 2014. (709.05 VIO)

Artiste américain, Bill Viola est le plus célèbre représentant de l’art vidéo, devenu une référence incontournable de la scène artistique contemporaine. Cette exposition, qui accueillait une trentaine de ses oeuvres mêlant tableaux en mouvement et installations monumentales, invitait le visiteur à participer à une quête intimiste et universelle à travers de grands thèmes tels que la vie, la mort.

 

Bill Viola - Selected Works/ DVD, 1976-1979. (709.05 VIO)

Une sélection de quatre des films les plus acclamés de Bill Viola, reconnu comme l’un des plus grands artistes en art vidéo :

"Migration" (1976, 7’), "The Reflecting Pool" (1977-79, 7’), "Ancient of Days" (1979-81, 12’21’’), Chott el-Djerid (A Portrait in Light and Heat)" (1979, 28’).

 

Bill Viola, expérience de l’infini/ film réalisé par Jean-Paul Fargier. DVD, 2014. (709.05 VIO)

Bill Viola ne cesse de repousser les limites du réel et de nos perceptions. Ce film nous permet de comprendre le cheminement spirituel de l’artiste que Jean-Paul Fargier a interrogé dans son atelier de Los Angeles, auprès de sa compagne de vie et "d’art", Kira Perov. Leurs paroles s’entrelacent avec les analyses éclairées de sept grands connaisseurs de Viola ; Raymond Bellour, Nadeije Dagen, Anne-Marie Duguet, Alain Fleischer, Jean de Loisy, Valentina Valentini, ainsi que Jérôme Neutres, le commissaire de l’exposition Viola au Grand Palais ; Ils nous donnent avec brio les clés d’un univers unique et sidérant.

 

John Baldessari, Hilla et Bernd Becher, John Hilliard / réalisé par Jean-Pierre Krief. Arte et CNC, 2001. DVD (779.092 BAL)

Gros plan sur une tête de pinceau. John Baldessari, né en Californie en 1931, abandonne toiles et chevalets aux alentours de 1965 pour se consacrer à la photographie, un médium qu’il utilise au sein d’une recherche plus clinique qu’esthétique. Récupération d’images en tous genres, séries empruntées au cinéma, collages, montages panoramiques en formes de croix.Il nous invite à comprendre ses secrets de fabrication. L’image photographique s’impose d’abord à lui comme un outil de documentation. Il commente ses premières images : paysages, devantures, routes. Il cite Courbet - "Je ne veux pas embellir le décor de ma propre vie" - et s’inscrit dans la même exigence réaliste que le peintre. Sans se dévoiler ni éclaircir les mystères de sa démarche, John Baldessari raconte l’utilisation qu’il a pu faire de clichés jetés, récupérés, ses agencements en tableaux de deux à douze images extraites de films noirs, de journaux télévisés ou de revues d’informations locales. Elles évoquent pour le spectateur "un monde plus réel que celui où il vit, plus réel car plus familier". La photo n’est pour lui que de "l’argent oxydé sur du papier, comme la peinture n’est que du carbone sur une toile". Peu lui importent le grain, les contrastes et les formats. "Seule l’image m’intéresse, avance-t-il, et particulièrement le choc des images entre elles." Ainsi rend-t-il compte du monde "qui n’est pas un endroit tranquille".

 

Pour le jeune public :

 

 

Du vent dans les toiles, 04 / film réalisé par Patrick Chiuzzi. DVD, 2006. (709.04 CHI) Une série d’animation sur l’art contemporain, à partir de 7 ans. Un pinceau, Pincette, et un crayon, Double-Mine, expliquent des oeuvres du musée d’Art contemporain de Lyon, aux enfants. Parmi les artistes présentés dans ce DVD, Bill Viola, Nam June Paik.