le 11 février 2016

Du côté des revues en 2016

Chaque année, l’équipe de la Médiathèque propose de modifier quelques abonnements : à la fois pour vous faire découvrir de nouveaux titres et pour trouver des remplaçants aux titres qui ont cessé de paraître.

 

Pour le public adulte, nous avons choisi d’abonner la Médiathèque à 8 nouveaux titres qui traitent d’actualité, de nature et de développement durable, d’art contemporain.

Nous avons sélectionné ces titres pour leur originalité, leur qualités graphiques et leur sujet, en remplacement de titres disparus. Ces nouveaux abonnements s’inscrivent dans notre volonté de proposer des contenus fouillés et documentés.

 

 

 

 

 

 

Le Un

 

Cet hebdomadaire a été lancé par Eric Fottorino, ancien directeur du journal Le Monde, en avril 2014. Il se revendique comme un journal d’idées plus que d’opinion. Il traite chaque mercredi d’une question d’actualité, à travers les regards d’écrivains, de chercheurs, de philosophes, et aussi d’artistes, illustrateurs... Le support consiste en une seule feuille, sans agrafe ni page volante qui se déplie. « Ce dépliage, c’est notre réponse à l’époque qui se ferme et se racornit. En ouvrant le 1, vous ouvrirez vos bras et votre esprit. Du yoga en origami », lit-on sur le site.

 

 

 

 

 

 

La Revue du crieur : enquêtes sur les idées et la culture

 

La revue fondée en 2015, est éditée par Médiapart et La Découverte. Son ambition est « de traiter de manière inédite, insolite et incisive, du monde intellectuel et culturel, en l’envisageant comme un objet d’investigation journalistique ».

« A travers une variété de sujets au long cours - de Google à Confucius, la pop coréenne et la NSA - la Revue du crieur démontre que, loin de ressembler à d’étranges phénomènes qui planent au-dessus de nos têtes, le débat intellectuel s’incarne dans des réseaux, des institutions, des financements concrets. Qu’il existe une matérialité des idées et de la culture prouvée par l’enquête… Revendiquant l’héritage de l’éditeur François Maspero, modèle d’intervention politique sur le front des idées, Médiapart et La Découverte partagent des logos résolument analogues : un petit crieur public, qui porte la voix haut et fort. » (Libération 12/06/2015) (Revue rangée sur l’étagère des Mooks)

 

 

La Décroissance : le journal de la joie de vivre

 

« Il est édité par l’association Casseurs de pub. Sous-titré « le journal de la joie de vivre », il "critique l’idéologie de consommation et prône l’orientation vers une société de partage et de sobriété. Il développe l’idée d’une décroissance soutenable contre une croissance industrielle et économique fondée sur l’idée d’un monde aux ressources illimitées." (source Wikipedia).

 

 

 

 

 

 

 

Silence

 

Silence est une revue écologiste, gérée par une association indépendante de tout mouvement ou parti, publiée depuis 1982.

Elle traite de thèmes liés à l’environnement et à la société (féminisme, non-violence, relations nord-sud, décroissance...), en privilégiant une approche transversale.

 

 

 

 

 

 

 

La Salamandre, la revue des curieux de nature

 

Née il y a 30 ans, de la passion d’un enfant, La Salamandre est aujourd’hui une maison d’édition franco-suisse indépendante et sans but lucratif. « La Salamandre est d’abord une revue qui propose tous les deux mois de découvrir la nature qui vit et pétille tout autour de chez vous. La sensibilité des textes, la richesse des nombreuses illustrations, la qualité des photos et de l’impression et enfin l’absence de pages de publicité font aujourd’hui de la revue des curieux de nature une référence. »

 

 

 

 

 

 

 

Les quatre saisons du jardin bio

 « Pour les fous de jardin, mais pas de produits chimiques ! Tous les 2 mois, 100 pages d’informations, pour récolter des idées, comprendre et agir. »

Cette revue de jardinage est éditée par la maison d’édition Terre vivante, située au coeur d’un centre écologique du même nom, en Isère.

 

 

 

 

 

 

 

 

Graffiti Art, le magazine de l’art contemporain urbain

 

« Avec une vision transversale et interdisciplinaire, Graffiti Art s’intéresse aux talents émergents comme confirmés de la scène française et internationale. Au programme : street art, peinture, illustration, photo, design, graffiti... Et des artistes dont l’inspiration tourne autour de la ville et de l’espace urbain. Un magazine à l’attention de tous les publics : artistes, créatifs, collectionneurs, insiders et curieux de l’art. »

 

 

 

 

 

 

 

Bouts du monde : carnets de voyageurs

 

Bouts du monde est une revue trimestrielle née en 2008. « Elle publie les récits, les photos et les croquis des voyageurs. Dans chaque numéro, une quinzaine de voyageurs nous proposent un regard neuf sur le monde à travers leurs expériences intimes du voyage…Un ton poétique, drôle, émouvant, parfois grave ou irrévérencieux, qui prend le pouls de la planète. » (revue rangée avec les récits de voyage à la cote 910.4)

 

 

 

 

 

 

Au cours de l’année 2015, quatre titres auxquels nous étions abonnés pour le public adulte, ont disparu : Brèves (revue de nouvelles), Le Tigre, Têtu, Maison Française Magazine.

 

D’autres voient leur histoire évoluer plus positivement : sur l’année 2015, France-Culture Papiers a disparu et a été « sauvé » par un rachat.

La revue Long Cours qui avait cessé de paraître fin 2014 a été racheté par ses rédacteurs et va probablement reparaître : nous la suivrons à nouveau.

 

Nous avons également arrêté les abonnements à 5 titres :

JardinierBio et L’Ecologiste : à cause d’une périodicité aléatoire

Cicero für mich : un mensuel en allemand qui n’a pas trouvé de public

Cambio 16 : cet hebdomadaire espagnol représente un coût très important

Sportmag  : parmi nos titres sportifs, ce mensuel trop généraliste n’a pas trouvé son public