le 11 janvier

Concert de musique ancienne à la Médiathèque

Par l’Atelier de Musique Ancienne du Conservatoire de Musique Erik Satie de la Ville de Bagnolet / Est-Ensemble, la classe de flûte-à-bec du conservatoire et des membres de l’Orchestre de la Maison des métallos et de l’Orchestre Rhizomes | Le Jeudi 11 février 2016 à 19h00

« Le banquet des voix : la polyphonie au Moyen-Age et à la Renaissance »

 

La polyphonie européenne ancienne a été conçue comme un dialogue d’entre les voix. Son originalité par rapport aux autres musiques des autres cultures réside dans son organisation puissante autour d’axes harmoniques contraignants et dans son inscription dans des formes telles que l’imitation ou la fugue qui en déterminent les agencements et les développements des voix entre elles. Qui plus est, la polyphonie européenne se pare d’une notation précise qui permet de la garder en mémoire et de circuler librement, la dotant ainsi d’une expansion géographique et temporelle théoriquement infinie. Mais surtout cette écriture propose aux musiciens de se mettre autour d’une table, chacun posé devant sa partition individuelle où s’inscrit son rôle à jouer, et de procéder à une réalisation immédiate qui serait à l’image d’un dialogue vif et animé de convives appelés à un banquet. Le banquet de Platon en deviendra à la Renaissance sa représentation idéalisée : des voix qui parlent et qui chantent autour d’une table pleine, ivres d’une harmonie retrouvée, d’une harmonie où l’individu est à la fois actualisé et transcendé par la forme, une forme qui incarne dans son sens le plus profond la démocratie, celle de l’échange sans fin, lumineux, heureux, beau. L’édifice polyphonique repose sur l’individualité de chaque voix qui chante, car chaque voix est soliste, chaque voix rencontre une courbe mélodique « complète » qu’elle s’approprie pour exprimer pleinement sa cadence, son rythme, à elle. Mais l’architecture de la polyphonie ancienne est celle d’un groupe où les voix individuelles apparemment si libres s’assemblent pour témoigner de leur profonde unité. Toutes ces voix différentes cherchent ensemble la résolution, la cadence partagée et sereine, la ponctuation qui signe l’accord, l’entente.

 

 

Au programme :

 

- Extraits de la Messe de Toulouse (anonyme, français, 14e siècle)
- Imperyitz de la Ciutat Joyosa (anonyme, catalan, 14e siècle)
- Giacomo Celano : Poi Che di si vil foco ; Tutto lo tempo Mio (italien, fin du 16e siècle et début du 17e)
- Antonio de Cabezon : Tiento sobre qui la dira (espagnol, 16e siècle)

- Stefano Landi : Homo fugit velut umbra (passacaille) (italien, fin du 16e siècle et début du 17e)
- Pierre Phalèse : Extraits du recueil "Antwerpen Tanzbuch" : Danses instrumentales de la fin de la Renaissance (flamand, début 17e siècle)
- Eustache Ducaurroy : D’une mielleuse voix (chanson-madrigal) (français, 16e siècle)
- Claudio Monteverdi : Trois pièces religieuses : Hodie Christus Natus Est, Angelus Ad Pastores Ait, Surgens Jesus ; Extrait des Scherzi Musicali : Lidia Spina del mio core (italien, fin du 16e siècle et début du 17e)

 

Concert de L’Atelier de Musique Ancienne du Conservatoire de Musique Erik Satie de la Ville de Bagnolet / Est-Ensemble, la classe de flûte-à-bec du conservatoire et des membres de l’Orchestre de la Maison des métallos : chant, instruments anciens et modernes et de l’Orchestre Rhizomes.

Avec la participation de Claire Caillard-Hayward au clavier
Direction : Berry Hayward

 

Entrée libre sur réservation au 01 83 74 56 20

    Date de l'évènement:
  • Jeudi 11 février 19:00-21:00