le 12 février 2013

Concert de Musique du Moyen-Âge, de la Renaissance et de l’époque baroque à la Médiathèque le Jeudi 14 février 2013 à 19 h

par l’Atelier de Musique ancienne du Conservatoire Érik Satie de la Ville de Bagnolet et ses invités

La Musique ancienne, est-elle vraiment ancienne ?

Que serait une musique « ancienne » ? Toutes les musiques d’avant le 19ème siècle, toutes les musiques d’avant les temps modernes ? Pour le poète italien Leopardi, le Moyen-Âge occidental représentait la jeunesse de notre culture. Leopardi persiflait en affirmant que nous, les modernes, sommes vieux : nous avons perdu toute la fraîcheur de notre première jeunesse ! En effet, la littérature ancienne, ses poètes, ses dramaturges, ses penseurs, Dante, Shakespeare, Villon, Rabelais, Montaigne, explorent des formes inédites qui concilient de manière violente et joyeuse toute la vitalité de la nature, du terre-à-terre, du monde populaire et la métaphysique d’une culture et d’un regard qui espéraient percevoir un jour la musique des sphères. Il va de même pour les répertoires musicaux. Les compositeurs et les poètes du Moyen-Âge, de la Renaissance et de l’époque Baroque, savaient qu’ils assistaient à la naissance d’une nouvelle civilisation, mais ils étaient conscients qu’elle devait en toute probabilité se transformer et même disparaître.

Il s’agirait alors de ce que Machaut a pu exprimer dans sa ballade Mon commencement est dans ma fin, ma fin dans mon commencement. D’un côté chaque époque redécouvrirait le principe d’une organisation sonore nouvelle, originale, qu’elle déploie avec un enthousiasme et une conviction inébranlables selon les critères qu’elle s’impose, même si les principes qui les régissent peuvent nous paraître aujourd’hui péremptoires et arbitraires. Cependant, de l’autre côté, sans doute, aussi, les artistes du passé admettaient avec plus de grâce que nous que ces nouvelles formes créés étaient condamnées à être éphémères, que la vie se révélerait à elle-même de manière inattendue et imprévisible dans d’autres œuvres qu’ils ne connaîtraient certainement pas. Mais c’est un fait : ils n’aspiraient pas à les connaître. La seule tâche qui leur incombait était de poursuivre leurs formes, leur écriture, leur expression, hors de toute histoire, faisant fi de toute notion académique du patrimoine et de la mémoire. La mémoire était synonyme du mythe et du rêve, invitant ainsi les artistes à renouveler à chaque étape le récit culturel et collectif à travers des structures sonores qui encourageaient l’improvisation tout en acceptant la sévérité des contraintes formelles de la polyphonie et de la versification.

Programme :
- Adam de la Halle : Dame suis trahi, Je meurs d’amourette (13ème siècle)
- Anonyme : O Homo Considera / Homo de Pulvere (14ème siècle) (instrumental)
- Guillaume de Machaut : Tant Doulcement (14ème siècle) (instrumental)
- Orlando di Lasso : 3 Bicinien (15ème siècle)
- Victoria : Christe Eleison tiré de la Messe « Laetatus » (16ème siècle)
- Thomas Morley : O Sleep, Fond Fancy (16ème siècle)
- Thoinot Arbeau : Belle qui Tiens ma Vie (16ème siècle)
- Wilhelm Brade : Paduana (17ème siècle) (instrumental)
- Gregor Aichinger : Assumpta est Maria (17ème siècle)
- Henry Purcell : Two in one upon a ground (17ème siècle)
- W.A. Mozart : 3 Nocturnes (18ème siècle)

Le Conservatoire Érik Satie de la Ville de Bagnolet :
- l’Atelier de Musique ancienne : Anne Chazottes, Mélanie Foucault, Claude Worher, Martine Reinbold, Martine Aribaud, Catherine Rocheman, Madeleine Dorner, Eduardo Franchesi, Denis Acquistapace, Esther Cazin
- le Groupe Vocal adulte : Nadia Dendène, Émilie Gassion, Sylvie Vandier
- la Classe de flûte-à-bec : Laure Cazin, Lucille Ricur, Margot Carlier

Et leurs invités de l’Orchestre de la Maison des métallos :
- Silvana Ljuljanovic (violon), Myriam Porcher (violon), Magdalena Wypska (violon), Sénéïs Corvin (clarinette), Nicolas Boehm (clarinette), Nathalie Lemaître (clarinette), Marine Vilain (clarinette), Émilie Bucheli ( flûte), Claudia Gehant (flûte), Lorraine Perrot (flûte)

Avec la participation de Claire Caillard-Hayward aux claviers.

Direction : Berry Hayward (flûtes-à-bec, chalumeaux, clarinette)

    Date de l'évènement:
  • Jeudi 14 février 2013 19:00-20:30