le 2 novembre 2010

Ce qui change dans lire (I)

2010 : en quelques mois seulement l’univers familier du livre, de la lecture, de l’édition a basculé.

Les liseuses électroniques, les tablettes numériques, les smartphones, ont envahi les espaces publics et privés.

Les téléchargements, les flux d’informations traversent les fuseaux horaires en quelques secondes. Plus personne pour s’étonner de voir, qui tapoter, qui effleurer un écran dans la rue, sur un banc, à la terrasse des cafés.

En moins de deux ans, la médiathèque de Bagnolet a ouvert un site, installé le wifi, expérimenté les ressources numériques. Pas rare, non plus, de voir de plus en plus de lecteurs installer leur ordinateur portable sur les tables de la médiathèque au milieu des étagères.

Qui aujourd’hui demandera le Quid pour accéder aux chiffres de la population française, aux lauréats des prix Goncourt, aux noms des planètes du système solaire ?

JPEG - 16.6 ko

"Aller sur Internet" est devenu une expression courante comme autrefois "aller voir dans le dictionnaire". L’accès aux connaissances, au savoir passe toujours, et plus que jamais par la lecture mais le support n’est plus unique. Aujourd’hui le livre est un support parmi d’autres. Pour autant, ce qui change dans lire va bien au-delà d’un objet si particulier soit-il.

Ce qui change dans lire a peut-être à voir avec notre rapport au monde.

vous en saurez plus le mardi 9 novembre à 19h00

Projection du film réalisé par Jérôme Aglibert avec François Bon
suivi d’un
pechakucha
Bibliothèque ce qui bascule

Lire aussi

Hubert Guillaud - Lire à l’heure des écrans

Pierre Mounier - La fin de l’imprimé