le 13 mai 2015

Bonnets rouges et bonnets blancs

Un conte antillais par Praline Gay-Para et Rémy Saillard

Le conte des enfants abandonnés dans la forêt, plus connu en France sous le titre du Petit Poucet de Charles Perrault, est répandu dans le monde entier. « Bonnets rouges et bonnets blancs » en est la version antillaise.

Dans cet album Poucet s’appelle Quatavoume et l’ogre est Compère Diable. Mais la trame du récit est la même. La misère pousse une mère à abandonner ces 4 garçons dans la forêt, ils vont trouver refuge chez Compère Diable qui bien sûr va vouloir les dévorer. Mais le plus jeune, grâce à sa ruse, va leur permettre d’échapper à Compère Diable qui d’ailleurs est particulièrement stupide.

Le récit est très rythmé. Les dialogues, la typographie, les sonorités nous le rendent très vivant.

 

“Vaca vaca voum

 Vaca vaca voum”

Le bruit du couteau que Compère Diable aiguise, on croit l’entendre.

 

Praline Gay-Para donne à ce conte très cruel une facette comique.

Les illustrations simples, très colorées, très contrastées de Remi Saillard nous emmène au cœur de la Guadeloupe.

 

Les éditions Didier Jeunesse nous servent une version pleine de rebondissement de ce conte très connu. A découvrir et à partager grâce à une lecture à haute voix.

 

Et voici, en cette saison de Petit Poucet, quelques versions, classiques, théâtralisés ou illustrés, toujours bonnes à se mettre sous la dent :