le 27 mars 2015

BOLOGNA CHILDREN’S BOOK FAIR du 30/03 au 02/04/15

Qu’en est-il des albums français ?

A l’approche de l’ouverture de la 50ème édition, la Foire du livre pour enfant de Bologne présente sa sélection. 4 catégories, 4 vainqueurs mais aussi des mentions spéciales alléchantes.

 

Bologna Ragazzi Award est une référence en matière de livres d’image en littérature de jeunesse. Tous les ans, la Foire de Bologne décerne ses prix à la crème de la crème des livres de jeunesse à l’échelle mondiale pour leur qualité graphique et leur design éditorial. Bologne salut la diversité de la production mondiale pour la jeunesse et la France (derrière la Corée du Sud) est en bonne place. L’occasion pour nous de tirer une fois de plus notre chapeau aux illustrateurs et à leur travail acharné pour nous faire rêver, nous cultiver et nourrir nos yeux affamés.

 

L’heure est donc à la présentation des albums français remarqués par la très vénérable institution.

 

« Avant Après » de Anne-Margot Ramstein et Matthias Aregui recevra le Bologna Ragazzi Award dans la catégorie documentaire.

 

Sans un mot, page de gauche et page de droite, en regard, présentent respectivement l’avant et l’après, comme on pouvait s’en douter. Que s’est-il passé ? Combien de temps s’est-il écoulé ? D’où vient ce lait que je bois, la sculpture du parc ou ce petit pull rouge ? Un livre qui met en évidence l’origine des transformations, qui interroge aussi sur l’encore-après… Un livre qui porte avec grande simplicité la complexité du monde et l’éphémère de ce qui est. Et parions, en plus, qu’il annonce le grand retour des couleurs pastel.

 

Dans la catégorie Fiction, le travail minutieux et minimaliste d’Adrien Parlange pour « La chambre du Lion », également paru chez Albin Michel, est mentionné. Alors que les personnages de l’album s’introduisent un à un dans ce qu’ils croient être la chambre du lion, le lecteur peut suivre, image par image, les histoires qui se trament autour de chacun. Une des merveilles de la fin 2014

 

Une autre mention dans la catégorie Opera Prima, met en avant le travail des éditeurs dans leur recherche de nouveauté. La petite maison d’édition L’Agrume se fait remarquer pour "Mon petit frère invisible", où l’histoire se lit en deux temps. A la première lecture, on revêt le point de vue de la sœur, à la seconde, du côté du frère, on chausse les lunettes et le monde apparaît très différent, ça vaut son pesant d’or.